Communication sociale


Sans papiers : la guerre fratricide CGT – CSP75 par P. Darantière
mai 8, 2008, 5:57
Filed under: Syndicalisme

Depuis le 2 mai après-midi, environ 300 sans papiers occupent le siège de la CGT à la Bourse du Travail de Paris. Alors que nombre d’entre eux sont syndiqués… à la CGT ! En cause : la gestion par le syndicat des demandes de régularisation des salariés sans papiers en grève. Le problème, c’est que la CGT est partenaire de la Coordination Nationale des Sans Papiers depuis sa création le 20 juillet 1996, à la Bourse du travail de Paris ! Un véritable imbroglio qui profiterait, selon certains, au gouvernement avec lequel la CGT aurait passé un « deal » inavouable…

Le 15 avril dernier, la CGT et « Droits devant!! » ont déclenché une grève de travailleurs sans papiers pour obtenir leur régularisation. Ce mouvement, préparé dans le plus grand secret, avant d’être testé lors du conflit des grands restaurants parisiens en février, aurait surpris jusqu’aux partenaires de la CGT au sein de la CNSP. Et rapidement, le syndicat obtient du gouvernement l’assurance que les dossiers présentés à la Préfecture de Paris seront examinés au cas par cas. A ce jour, une quarantaine de dossiers auraient été régularisés. Cela ne fait pas l’affaire de la Coordination des sans papiers 75, qui présente à son tour 1000 dossiers à la préfecture, et s’entend répondre qu’il faut « les faire déposer par la CGT ».

En réaction, la CSP75 a organisé l’occupation des locaux de la CGT parisienne. Cette dernière défend son action, en évoquant la priorité à donner aux grévistes sur les autres candidats. Du côté de la CSP75, les squatters de la Bourse du Travail arborent leur carte de cégétistes en attendant d’être expulsés… par le service d’ordre de la CGT ! Et de part et d’autre, on dénonce une provocation : pour la CGT, c’est le gouvernement qui cherche à faire capoter le mouvement, pour la CSP75, c’est la CGT qui a passé un accord avec Brice Hortefeux.

Pour d’autres, enfin, c’est un épisode du règlement de compte entre gauchistes et réformistes à la CGT. Certains rappellent ainsi que la confédération, lors de son dernier congrès, avait adopté une motion réclamant la régularisation « de tous les sans papiers » et que son action trahit cet engagement. A quoi d’autres répliquent que c’est l’occupation de la Bourse du Travail qui est une trahison à l’égard de militants qui ont pris des risques pour les sans papiers et qui, en retour, se font « cracher à la figure« .

Comprenne qui pourra…

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :