Communication sociale


GREVE VIRTUELLE vs GREVE REELLE par P. Darantière
septembre 17, 2008, 12:55
Filed under: Influence, Syndicalisme

Entre la grève réelle avec piquet de grève et occupation de site, et la grève virtuelle sur internet menée par des employés qui, pendant ce temps, continuent de travailler, où est la plus grande efficacité ?

Le 28 août dernier, 40 000 paysans indiens manifestaient autour du chantier de l’usine Tata Motors dans la province du Bengal occidental, qui est destinée à produire la Nano, la voiture la moins cher du monde. Tata Motors a investi 350 millions de dollars dans cette usine qui doit  produire 250.000 unités par an de ce mini-véhicule à 2.500 dollars. Le problème, c’est que le gouvernement communiste de la province, en expropriant des paysans rétifs à vendre leur terre, a déclenché une révolte populaire qui risque d’être un gouffre financier pour ce projet industriel dont tous les coûts ont été calculés au plus juste. Le gouvernement avait proposé à 14 000 paysans de racheter leurs terrains tout en leur promettant un emploi à l’usine, pour eux et leurs enfants. Mais ils sont 3 000 à avoir refusé. L’opposition locale a pris fait et cause pour les paysans et le chantier est bloqué depuis fin août.

Le 23 septembre dernier, un mois après la manifestation bien réelle qui ébranlé l’industriel indien, les salariés italiens du géant informatique IBM ont déclenché… une grève virtuelle sur Second Life, ce cyber monde où IBM a investi des sommes importantes pour y implanter un centre d’achats, supporté par plusieurs milliers de salariés ayant dus pour cela se créer un « avatar » professionnel. En une journée, 1850 avatars de salariés IBM se sont ainsi retrouvés sur Second Life, mettant en place un piquet de grève virtuel qui bloquait la porte virtuelle du bureau virtuel du directeur d’IBM.

Certains internautes étaient dubitatifs devant le résultat possible d’un tel mouvement (voir entre autre les réactions postées sur le site de Loïc Lemeur). Or que croyez-vous qu’il arriva ?

  • En Indes, face aux manifestations hostiles de paysans, le constructeur automobile a menacé de délocaliser le site de production dans un autre Etat indien.
  • En Italie, le P-DG local d’IBM  s’est fait promptement reprendre par IBM-Corp, au motif que la grève virtuelle avait abimé l’image d’IBM dans le monde, et pas que virtuellement ! Du coup, il a démissionné !

Moralité : la gestion de leur réputation représente pour les grandes entreprises un enjeu plus stratégique encore que leurs investissements productifs. La mise en cause de l’image d’un groupe offre un nouvel effet de levier aux syndicats. En France, la grève avec occupation d’usine remonte au Front Populaire de 1936. Si la « prise en otage » de l’outil de travail a été un instrument fréquent des luttes sociales pendant près de 80 ans, le succès de la grève virtuelle chez IBM annonce un changement d’ère.

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :