Communication sociale


COMMENT GERER SA E-REPUTATION ? par P.Darantière
octobre 16, 2008, 9:10
Filed under: Influence

Une nouvelle prestation sur la toile : la gestion de la e-réputation. « Grâce au Web, l’économie de la réputation prend le pas sur l’économie de l’attention, le client s’organise et reprend la main sur l’offreur. Surtout si le vendeur maîtrise mal sa réputation en ligne. » constate Xavier de Mazenod. Cette théorisation d’une économie de la réputation vient à point nommé, dans une période où tous les observateurs s’accordent à dire que la crise économique est née d’un crach de la confiance.

Si la e-réputation se soigne (Adverbe explique comment), la confiance se mérite. Une leçon à méditer par nos apprentis sorciers de la finance mondiale.

La gestion de la e-réputation est offerte par ADVERBE, une société de service spécialisée dans les applications du web 2.0, également promoteur du télétravail et de l’enseignement à distance.

Publicités


MIROIR SOCIAL : UN RESEAU SOCIAL PARTICULIER par P. Darantière
octobre 16, 2008, 8:50
Filed under: Influence, Syndicalisme

Le site d’information Miroir Social a la particularité d’accueillir les publications de représentants du personnel d’un grand nombre d’entreprises. L’information sociale est traitée sous le mode de dépêches d’actualité, le plus souvent signées par l’équipe syndicale d’une entreprise, qui trouve là une tribune pour faire connaître ses positions, comme cette section CFDT de 3M qui délivre son analyse de l’échec des négociations sur la GPEC dans l’entreprise.

Lire la suite



GREVE VIRTUELLE vs GREVE REELLE par P. Darantière
septembre 17, 2008, 12:55
Filed under: Influence, Syndicalisme

Entre la grève réelle avec piquet de grève et occupation de site, et la grève virtuelle sur internet menée par des employés qui, pendant ce temps, continuent de travailler, où est la plus grande efficacité ?

Lire la suite



L’ARGENT NOIR DES SYNDICATS par P. Darantière
juin 10, 2008, 9:32
Filed under: Influence, Syndicalisme

« Je remettais les enveloppes à des personnes physiques mais je ne me souviens plus de leurs noms« . C’est par cette pirouette digne des romans policiers, que Denis Gautier-Sauvagnac explique aux enquêteurs qu’il ne dira rien. Rien des bénéficiaires réels des 17 millions d’euros qu’il a distribués depuis 2000, pour le compte de l’UIMM, l’Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie. Le silence du dirigeant de ce syndicat patronal est au cœur de l’affaire… Car le scandale de l’UIMM a relancé le débat sur l’opacité du financement des syndicats de salariés et de patrons… Face à l’omerta généralisée, et avec des documents comptables jamais révélés, les témoignages inédits et exclusifs des acteurs du dossier, « Pièces à conviction » dévoile les dessous du scandale. » C’est ainsi que le site de France 3 annonce l’émission du 23 mai dernier. Une enquête exclusive ? Le journaliste Roger Lenglet donne sur son blog une autre version de l’émission, à laquelle il a assisté… dans les coulisses ! Et pour cause…

Lire la suite



Les fonds « secrets » de l’UIMM, 2ème round par P. Darantière
mai 15, 2008, 5:31
Filed under: Influence, Syndicalisme

La bataille d’influence déclenchée par les révélations sur la caisse « secrète » de l’UIMM est relancée avec deux événements d’actualité qui se télescopent.

Lire la suite



Des écocenseurs piratent un site internet par P. Darantière
mai 2, 2008, 5:27
Filed under: Influence

Le site Alerte Environnement de la journaliste Gwen le Gac ne plait pas à certains écologistes. Résultats : ils attaquent le serveur par un mail-bombing pirate… Belle preuve de tolérance !

Quand la bataille de la communication d’influence se déroule sur le terrain du débat d’idées, rien à dire. Mais si on cherche à faire taire un site sous prétexte qu’il publie des informations qui dérangent, cela s’appelle… du totalitarisme.



La communication d’influence dans la pharmacie par P. Darantière
avril 25, 2008, 5:29
Filed under: Influence

La bataille de la communication fait rage entre le distributeur Michel Edouard Leclerc et l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine. En cause, la prétention du groupe de grande distribution à faire baisser les prix des médicaments dès lors qu’il serait autorisé à les vendre dans ses grandes surfaces. La riposte de la profession a été cinglante : une campagne d’affichage dans la presse et une plainte en justice pour publicité mensongère.

Lire la suite